B2R GESTION PRIVEE

     Conseils en Gestion de Patrimoine

                        MARSEILLE - PARIS

 09.81.13.48.49
 06.20.84.21.61
 06.64.82.66.33

La forêt française retrouve des couleurs

Posté le : 04/06/2018

Premier enseignement du dernier Indicateur 2018 du marché des forêts en France présenté par la SAFER, les personnes morales privées deviennent cette année les premiers acquéreurs du marché, du fait d’une nette progression des surfaces acquises.

Les forêts se sont échangées à un prix moyen stable de 4 110 euros par hectare (+ 0,2 %). Cette évolution intervient alors que le marché enregistre pour la deuxième année une forte hausse des surfaces vendues. Cette stabilité cache des évolutions contrastées selon les régions forestières. Au-delà du prix moyen, il faut noter que 90 % des transactions sont conclues à des prix compris entre 630 et 12 200 euros/ha, dépendant des régions et de la qualité des biens mis sur le marché.

La surface totale vendue progresse de 9,1 % et atteint 130 900 ha (+ 10 900 ha), tirée par le marché des forêts de plus de 100 ha qui s’accroît de 6 400 ha.
Le nombre de transactions augmente encore en 2017 (+ 5,5 %, 18 470), toujours porté par le dynamisme du marché des petites forêts (1 à 10 ha). La valeur
du marché approche 1,5 milliard d’euros (+ 3,3 %), hausse essentiellement due aux forêts comportant du bâti.

Le marché des forêts de plus de 100 ha non bâties stagne depuis trois ans, avec 80 transactions pour une surface en hausse représentant 18 400 ha. Sur ce marché restreint, la demande reste dominée par les personnes morales privées (près de deux tiers des surfaces acquises). Les mises en vente de forêts de 50 à 100 ha, stables elles aussi depuis 2014, ne leur offrent pas davantage d’opportunités.
Les surfaces acquises par les personnes morales privées au plus haut

En atteignant 49 200 ha en 2017, les acquisitions des personnes morales privées (agricoles, forestières ou institutionnelles) progressent de 14 %, au point d’en faire les premiers acquéreurs du marché des forêts avec 38 % du total de la surface du marché, dépassant pour la première fois les particuliers non agricoles.