B2R GESTION PRIVEE

     Conseils en Gestion de Patrimoine

                        MARSEILLE - PARIS

 09.81.13.48.49
 06.20.84.21.61
 06.64.82.66.33

L’encadrement fait baisser les loyers

Posté le : 11/07/2016

Ils n'étaient que 20% en 2014 et seulement 7% en 2013, indiquent les résultats définitifs de cette enquête. Quant à l'ensemble des nouveaux emménagés à Paris, ils ont conclu leur location au loyer moyen de 24,80 euros le m2, un niveau supérieur de 1,6% à celui de 2014, note l'Olap. En petite couronne, le loyer moyen de relocation s'est établi à 18,30 euros le m2 en 2015, un niveau très proche des 18,20 euros le m2 de l'année d'avant. Quant à la grande couronne, les loyers des nouveaux emménagés s'y sont érodés de 0,4%, et 43% d'entre eux ont baissé, une "proportion particulièrement élevée (qui) résulte, en l'absence de contrainte réglementaire, d'une certaine détente du marché", commente l'Olap. Sur l'ensemble de l'agglomération parisienne, l'observatoire parle ainsi d'une "quasi-stagnation des loyers", qui contraste fortement avec les hausses voisines de ou supérieures à 6%, imposées par les bailleurs à leurs nouveaux locataires, de 2006 à 2013. "Dans un contexte de reprise modérée de l'économie francilienne, ces résultats illustrent l'impact du décret annuel de limitation de la hausse des loyers et, pour Paris, l'effet complémentaire de l'arrêté d'encadrement des loyers", poursuit l'observatoire. Pour Paris, le "saut à la relocation", ou hausse moyenne enregistrée du loyer entre l'ancien et le nouvel occupant du logement a été de 1%, ce qui "confirme la décélération très nette de 2014, accentuée en 2015 par l'encadrement des loyers, effectif depuis le 1er août". Toutefois "l'évolution globale reste encore supérieure à l'Indice de référence des loyers (IRL) à Paris et en petite couronne", note l'Olap. Selon les résultats définitifs de l'enquête, la hausse des loyers d'habitation du parc locatif privé non meublé a été en moyenne de 0,5% dans l'agglomération parisienne en 2015, contre 0,3% publié en mai, dans les résultats provisoires. "Ce rythme d'évolution des loyers l'an dernier reste le plus faible depuis 2001", souligne l'observatoire.